• Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle

Selon l'article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle :  "L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d'ordre patrimonial, qui sont déterminés par les livres Ier et III du présent code."

Le choix du thème, de l’objet de recherche, est un compromis entre une volonté, des opportunités et des hasards."

Raphaëlle Parizet, "Le projet de thèse, un processus itératif", Mai 2011

Please reload

Ma thèse

Au sein des sociétés insulaires, la protection, la valorisation de la biodiversité ainsi que la maîtrise de l’énergie restent des sujets centrales. Les questions environnementales et énergétiques se posent différemment à La Martinique et à La Réunion que sur le continent Européen et le développement durable occupe une place grandissante dans les discours politiques, dans les analyses économiques ou dans les approches géographiques de l’aménagement.

 

L’île « est l’espace chéri des romanciers, et l’espace de travail des utopistes, parce qu’elle apparaît comme lieu possible d’expérimentation, séparé des autres et sans contagion. » [1]. 

Le territoire insulaire n’est plus seulement vécu comme un espace paradisiaque ou fantasmatique mais plutôt comme un lieu propice aux expériences, innovations. Toutefois, ce rapport insularité/expérimentations pose de multiples interrogations.

 

La Martinique et La Réunion sont deux territoires assez semblables géographiquement et historiquement ; soumis toutefois à des évolutions structurelles et à des dynamiques socio-spatiales variables.

Ces deux îles se positionnent comme étant les nouveaux "modèles" français et européens de la transition énergétique. Dans une course effrénée aux énergies nouvelles renouvelables, elles se présentent comme des territoires propices à l’expérimentation dans les domaines de l’Énergie et de l’Environnement. Un véritable système politique et économique est en train de se structurer au sein de ces territoires insulaires situés en zone intertropicale afin de permettre à de nombreuses filières industrielles -françaises- de répondre à la demande énergétique (électrique, bâtiment, transport) mais aussi de s’exporter par la suite. Cependant, le volet social reste majoritairement occulté par ce système émergeant.

C’est dans ce contexte, que l'analyse comparative entre ces deux régions d’Outre-mer (qui est le coeur même de cette démarche intellectuelle) prend racine.

[1] Roger Brunet et Olivier Dollfus, Mondes nouveaux, Géographie Universelle, « Les synapses »

 

Encadrement scientifique

Les laboratoires

Deux laboratoires de recherche sont concernés par le sujet : Le CREGUR (Centre de Recherches et d'Etudes en Géographie de l'Université de La Réunion) et le centre de recherche GEO.D.E. EA 929 Caraïbe (Géographie-Développement-Environnement) situé en Martinique.

 

François Taglioni

Directeur de thèse

François TAGLIONI est professeur des universités à l'Université de La Réunion.

Il est rattaché au CREGUR (Centre de Recherches et d'Etudes en Géographie de l'Université de La Réunion) et à l'UMR CNRS 8586 PRODIG. Il étudie "l’espace du risque sanitaire" et les degrés de vulnérabilité des espaces insulaires face aux maladies émergentes. Il travaille aussi sur les dynamiques territoriales des petits espaces insulaires dans le monde et sur la pertinence des concepts que sont l’insularité, l’îléité, l’insularisme.

Pascal Saffache

Co-directeur de thèse

Pascal SAFFACHE est professeur des universités à l'Université des Antilles, où il enseigne la géographie et l'aménagement de l'espace. Il est rattaché au Centre de Recherche Géographie, Développement, Environnement de la Caraïbe (EA 929) et est chercheur associé au laboratoire de géographie « Pierre Birot », UMR CNRS 8591 (Paris I). Ses travaux de recherche qui se sont d'abord focalisés sur l'évolution géomorphologique du littoral martiniquais et sa filiation terre-mer; puis, se sont élargis progressivement à l'aménagement des espaces côtiers insulaires intertropicaux.